La Méditation pleine conscience mise en image par Robert Redford, il me semble que cela valait bien un article non ?! 😉 En effet, j’aime le cinéma et après mon article sur l’éveil spirituel basé sur un extrait de Into the Wild, de Sean Penn, j’avais envie de vous faire partager un autre très bon “film spirituel”. Redford a réalisé de très beaux long-métrages et celui-ci fait certainement partie de mes préférés.

L’histoire se déroule après la 1ère guerre mondiale et trace les portraits d’une femme d’exception et de deux hommes peu ordinaires qui vont vivre une histoire émouvante autour de l’organisation d’un tournoi de golf mémorable. Une partie mythique mettant en jeu une véritable fortune pour l’époque -10.000$ – et sensée faciliter la renaissance du parcours de golf d’une héritière au bord de la faillite, d’une ville désenchantée et d’un ancien champion de golf, Rannulph Junuh. Détruit par les atrocités de la guerre dont il est revenu en ayant perdu tous les membres de son unité, Junuh entreprend de soigneusement noyer sa souffrance dans l’alcool. 🙁 Le lecteur averti devine déjà, j’en suis sûr, comment la méditation pleine conscience peut aider un sportif, qu’il soit golfeur, tennisman ou karatéka.

Mais, pour l’instant, la main du héros déchu est devenue tremblante. Il a perdu toute son assurance et le défi lancé par la belle héritière – ainsi que les espoirs de toute une ville – réveille en lui toutes sortes de sentiments amers… Débarquant dans la nuit, de nulle part, un certain Bagger propose alors contre 5 misérables dollars et une paire de chaussures d’occasion de devenir l’assistant de l’ancien champion… Un assistant au style déroutant, résolument moderne et qui révèlera bien des surprises pour toutes celles et ceux qui s’intéresse à la “Méditation pleine conscience”. 😉

Comme toujours, il y a beaucoup de belles réflexions à tirer de tout le film lorsqu’on pratique la Méditation de pleine conscience, mais voici ce que je perçois, aujourd’hui, dans l’une des scènes que je préfère dans le film. Je vous ai mis un extrait en bas de page.

Leçon 1 : la Méditation pleine conscience révèle que la Vie EST le miracle!

Francis Crick, co-découvreur de la structure en hélice de l’ADN et prix Nobel déclare :

Un honnête homme armé de tout le savoir à notre portée aujourd’hui se devrait d’affirmer que l’origine de la vie parait actuellement tenir du miracle, tant il y a de conditions à réunir pour la mettre en oeuvre.

Pour aller dans le même sens que cet éminent chercheur, je ne crois pas qu’aucun de nos progrès humains, bien que merveilleux parfois, soient de véritables miracles. En revanche, je trouve miraculeuse la probabilité infime que chacun d’entre nous puisse expérimenter le simple fait d’être vivant. Souvenez-vous en effet, lorsque vous perdez confiance dans votre capacité à réussir, que vous êtes un jour – celui de votre conception – arrivé(e) premier(e) d’une course qui comportait 100.000.000 de concurrents ! 😀 La Vie EST le miracle. Alors, à l’instant où nous prenons conscience de sa beauté, la possibilité s’ouvre, en chacun de nous, de voir le chemin, de découvrir le sens caché derrière les apparences. C’est l’essence même de la Méditation pleine conscience.

Cette prise de conscience de la beauté du chemin nait très souvent sur le terreau d’une émotion… de quelque chose qui se produit dans le corps et qui se met en mouvement. Sans doute saviez-vous, d’ailleurs, que l’étymologie du mot émotion – du latin motio – signifie mouvement. La célèbre Carl Gustav Jung affirme d’ailleurs que “sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement”. Il existerait donc, au coeur de chaque émotion, une force capable de transformer – d’é-mouvoir – notre vision des choses. Et, lorsqu’on pratique la Méditation pleine conscience, on découvre un jour ou l’autre que le corps réside perpétuellement dans le présent tandis que le mental – ce que nous appelons généralement pensée – bondit sans cesse entre le passé et le futur.

Or, si la pensée nous donne l’illusion d’être en mouvement, le passé et le futur ne sont en fait que des ombres : ombre des choses qui n’existent plus ou pas encore… En ce qui concerne le mental, il s’agit donc plus d’une agitation que d’un véritable mouvement. Beaucoup de gens ont ainsi l’impression d’être très occupés dans leurs têtes – leur mental qui s’agite – alors que rien n’avance dans leurs vies. En effet, l’agitation est par nature continuelle mais irrégulière, elle produit le doute, l’hésitation et, finalement, le trouble. À l’inverse le corps sait comment faire avancer les choses, entre autres par le biais des émotions. Pour peu que l’on accepte d’accueillir ses propres émotions, comme nous y invite la Méditation pleine conscience, il sait comment produire un mouvement ponctuel et régulier qui engendre la confiance, la décision et la clarté d’esprit. Se mouvoir – changer, si vous préférez 😉 – consiste alors essentiellement à modifier son point de vue sur la situation, à s’aligner. 😀 C’est alors que se produit ce qu’on appelle une prise de conscience, exactement comme l’illustre cet extrait du film 🙂 Or, regardez bien, ça n’est JAMAIS la situation qui change. Ça n’est pas NON PLUS nous qui changeons, car notre véritable nature est immuable. Ce qui change, c’est notre regard sur la situation. Alors, la façon dont nous expérimentons le fait d’être vivant change également. Et c’est là que se trouve le miracle de l’incarnation.

Leçon 2 : la Vie est comme un parcours de golf!

Junuh – qui n’est pas expert en “Méditation pleine conscience” – vient donc de réaliser la beauté de l’instant. 😀 C’est un vécu émotionnel qui le traverse, ici et maintenant, dans son corps. Bagger Vance l’interrompt alors en lui indiquant que “C’EST LE MOMENT de voir le chemin”, de se mettre en mouvement, d’être PROACTIF… Être proactif, vous le savez, cela signifie DÉCIDER de notre réponse/réaction à une situation donnée. Mais c’est machinalement dans le RÉACTIF que Junuh se projette, en réagissant comme nous le faisons tous lorsque nous fonctionnons en mode zombie, dominés par notre mental… Il énonce les problèmes passés et futurs : la distance jusqu’au drapeau, ses coups de retard et tout ce qui ne va pas. Bref, sans le savoir, il s’agite entre les ombres ! Il râle en énonçant à voix haute toutes ses ruminations au sujet des circonstances passées et futures. Qui ne l’a pas fait ? Il s’agite. Comme nous nous agitons trop souvent… Immédiatement, la beauté du chemin vient de s’évanouir dans l’ombre des soucis et des circonstances illusoires… 🙁

Bagger l’encourage alors à changer son point de vue, à prendre conscience que les conséquences de sa façon de voir les choses ont été désastreuses jusqu’à ce moment de la partie. En fait, il tente de l’aider à réaliser que c’est simplement la façon dont il voit et ressent le problème qui EST le vrai problème. S’il parvient à modifier sa façon d’être et de faire, il est possible que cela change également les résultats malheureux qu’il obtient. Et parce que Bagger sait que son champion a entrevu (ressenti) la beauté du chemin, il sait également qu’il est temps pour lui de comprendre qu’il existe également une façon heureuse de marcher sur le chemin. Car ce parcours de golf est l’image exacte de sa vie. 😉 La Méditation pleine conscience me confirme cette vérité à chaque assise.

Lorsqu’on est pétri de certitudes, de croyances et d’habitudes – ce qui est notre lot à tous – il est parfois difficile d’accepter de changer. Et Junuh, comme chacun de nous, ne fait pas exception à la règle. Il refuse d’abord l’invitation de son assistant à se remettre en question, à changer sa perspective, à réinterpréter son expérience. Car il s’agit bien d’une invitation : comme je l’ai appris dans mon expérience d’accompagnement au changement, on ne peut forcer personne à changer. Au mieux peut-on indiquer ce que l’on connait d’un chemin et laisser chacun décider pour lui-même, sans forcer, sans culpabiliser ni faire aucun reproche.

Leçon 3 : faire de la place en soi et autour de soi pour trouver le chemin…

Junuh qui se sent alors pleinement écouté, pleinement accepté par son instructeur de Méditation pleine conscience, demande alors COMMENT considérer le chemin de façon différente ? Bagger Vance lui propose alors d’observer, de prendre exemple, sur l’un de ses concurrents… On découvre alors comment Bobby Jones “trouve sur le chemin” : il commence par faire de la place autour de lui, comme nous pouvons le faire en mettant de l’ordre autour de notre propre vie (rangement de l’environnement, cessation des activités inutiles et/ou pesantes, retrait des relations infructueuses ou toxiques, etc). Et puis, lorsque son espace extérieur est prêt, Bobby se met en quête de son espace intérieur, de la PLEINE CONSCIENCE… 🙂

Extérieurement on le voit répéter ce coup d’essai qu’il a pratiqué des dizaines de milliers de fois dans sa brillante carrière de golfeur. Peut-être sans le savoir, il manifeste une pratique informelle de Méditation pleine conscience : il apaise son mental et son lot de ruminations égotiques sur le fait d’échouer ou de réussir, car là n’est pas la question… Exactement comme lorsqu’on pratique la Méditation, avec son corps, il cherche les bonnes sensations, l’émotion juste, la posture juste. Il ouvre ses perceptions de façon à se placer au coeur du moment, de l’instant présent… Mais pourquoi ?

Selon Bagger, Bobby dispose de tout un arsenal de compétences qu’il peut utiliser pour frapper sa balle et atteindre son objectif. Exactement comme chacun de nous possède tout un tas de compétences pour agir. Mais à cet instant précis, il n’y a qu’un seul coup, un seul effet PARFAIT ; c’est-à-dire qui soit en HARMONIE avec ce qui est en lui et à l’extérieur de lui à ce moment là du jeu. Et c’est ce que Bagger Vance appelle : le SWING AUTHENTIQUE… Ce coup parfait, ça n’est pas l’homme qui le choisit. Mais c’est en devenant pleinement conscient de CE QUI EST, que le coup parfait s’invite en l’homme !
Bobby ne FAIT pas… UN swing. 🙁
Il EST… LE swing. 🙂

Leçon 4 : ne cherchez pas le chemin EN DEHORS  de vous car VOUS ÊTES le chemin!

Comme la plupart d’entre nous, j’ai passé une bonne partie de ma vie à chercher des réponses en dehors de moi. J’ai demandé à ce qu’on me donne des réponses, à ce qu’on me dise qui je devais être et ce que je devais faire pour obtenir ceci ou cela. J’ai souvent été comme un aveugle qui, naturellement, a besoin qu’on lui indique le chemin à suivre. Grâce à la Méditation pleine conscience, j’ai fini par comprendre que si on peut parfois être guidé sur le chemin par quelqu’un qui voit, même celui qui voit est aveugle en ce qui concerne notre propre chemin : personne ne peut marcher notre chemin à notre place, car chacun de nous a une façon parfaitement unique de marcher. De plus, on ne marche pas avec sa tête (son mental) mais avec son corps. Et comme le dit Bagger à Junuh avant de se retirer : “ne réfléchissez pas, sentez-le. Vos mains sont plus sages que votre tête ne le sera jamais…” 😉

Tant que nous ne nous mettons pas en harmonie avec l’instant présent, le mental nous blesse dans notre marche aveugle sur les routes du passé et du futur. Cela ne nous empêche pas d’avancer, parfois même de progresser ! Pourtant, au-travers des joies comme des épreuves, toutes les opportunités que la Vie nous donnent sont autant de chances d’apprendre l’une des leçons les plus précieuses : le chemin que vous cherchez se trouve en vous et nulle part ailleurs. 😉

Vous êtes le chemin et vous seul pouvez ressentir, entendre et voir comment vous mettre en harmonie avec vous-même. La Méditation pleine conscience est un formidable outil pour le découvrir. 😀

 

[video_player type=”embed” width=”560″ height=”315″ align=”center” margin_top=”0″ margin_bottom=”20″]PGRpdiBpZD0iZmItcm9vdCI+PC9kaXY+PHNjcmlwdD4oZnVuY3Rpb24oZCwgcywgaWQpIHsgIHZhciBqcywgZmpzID0gZC5nZXRFbGVtZW50c0J5VGFnTmFtZShzKVswXTsgIGlmIChkLmdldEVsZW1lbnRCeUlkKGlkKSkgcmV0dXJuOyAganMgPSBkLmNyZWF0ZUVsZW1lbnQocyk7IGpzLmlkID0gaWQ7ICBqcy5zcmMgPSAiLy9jb25uZWN0LmZhY2Vib29rLm5ldC9mcl9GUi9zZGsuanMjeGZibWw9MSZ2ZXJzaW9uPXYyLjMiOyAgZmpzLnBhcmVudE5vZGUuaW5zZXJ0QmVmb3JlKGpzLCBmanMpO30oZG9jdW1lbnQsICdzY3JpcHQnLCAnZmFjZWJvb2stanNzZGsnKSk7PC9zY3JpcHQ+PGRpdiBjbGFzcz0iZmItdmlkZW8iIGRhdGEtYWxsb3dmdWxsc2NyZWVuPSIxIiBkYXRhLWhyZWY9Ii9NTWluZGZ1bG5lc3MuZnIvdmlkZW9zL3ZiLjE1MjMyNDY2MjQ2MzM5OTYvMTU0NjY3MjA2MjI5MTQ1Mi8/dHlwZT0zIj48ZGl2IGNsYXNzPSJmYi14ZmJtbC1wYXJzZS1pZ25vcmUiPjxibG9ja3F1b3RlIGNpdGU9Imh0dHBzOi8vd3d3LmZhY2Vib29rLmNvbS9NTWluZGZ1bG5lc3MuZnIvdmlkZW9zLzE1NDY2NzIwNjIyOTE0NTIvIj48YSBocmVmPSJodHRwczovL3d3dy5mYWNlYm9vay5jb20vTU1pbmRmdWxuZXNzLmZyL3ZpZGVvcy8xNTQ2NjcyMDYyMjkxNDUyLyI+SmUgY3JvaXMgcXVlIGMmIzAzOTtlc3QgTEUgbW9tZW50ICE8L2E+PHA+LSBKZSBjcm9pcyBxdWUgYyYjMDM5O2VzdCBsZSBtb21lbnQgIS0gTGUgbW9tZW50IGRlIHF1b2kgPy0gTGUgbW9tZW50IGRlIHRyb3V2ZXIgbGUgY2hlbWlu4oCmKioqKioqKioqKioqKioqKioqKioqKioqKioqKipOT1VTIE5FIEZBSVNPTlMgUVUmIzAzOTtVTiBBVkVDIExFIENIRU1JTm91IDQgcGV0aXRlcyBsZcOnb25zIGRlIFBMRUlORSBDT05TQ0lFTkNF4oCmIDotKVJvYmVydCBSZWRmb3JkIGEgcsOpYWxpc8OpIGRlIHRyw6hzIGJlYXV4IGZpbG1zIGV0IGNlbHVpLWNpIGZhaXQgY2VydGFpbmVtZW50IHBhcnRpZSBkZSBtZXMgcHLDqWbDqXLDqXMuIEwmIzAzOTtoaXN0b2lyZSBzZSBkw6lyb3VsZSBhcHLDqHMgbGEgMcOocmUgZ3VlcnJlIG1vbmRpYWxlIGV0IHRyYWNlIGxlcyBwb3J0cmFpdHMgZCYjMDM5O3VuZSBmZW1tZSBkJiMwMzk7ZXhjZXB0aW9uIGV0IGRlIGRldXggaG9tbWVzIHBldSBvcmRpbmFpcmVzIGF1dG91ciBkZSBsJiMwMzk7b3JnYW5pc2F0aW9uIGQmIzAzOTt1biB0b3Vybm9pIGRlIGdvbGYgbcOpbW9yYWJsZS4gVW5lIHBhcnRpZSBteXRoaXF1ZSBtZXR0YW50IGVuIGpldSAxMC4wMDAkIGV0IHNlbnPDqWUgZmFpcmUgcmVuYWl0cmUgdW4gcGFyY291cnMgZGUgZ29sZiBldCBzb24gaMOpcml0acOocmUsIHVuZSB2aWxsZSBkw6lzZW5jaGFudMOpZSBldCB1biBhbmNpZW4gcHJvZGlnZSBldCBjaGFtcGlvbiBkZSBnb2xmLCBSYW5udWxwaCBKdW51aCBxdWksIGTDqXRydWl0IHBhciBsZXMgYXRyb2NpdMOpcyBkZSBsYSBndWVycmUsIG5vaWUgc2Egc291ZmZyYW5jZSBkYW5zIGwmIzAzOTthbGNvb2wuIETDqWJhcnF1YW50IGRhbnMgbGEgbnVpdCwgZGUgbnVsbGUgcGFydCwgdW4gY2VydGFpbiBCYWdnZXIgcHJvcG9zZSBjb250cmUgNSQgZXQgdW5lIHBhaXJlIGRlIGNoYXVzc3VyZSBkZSBkZXZlbmlyIGwmIzAzOTthc3Npc3RhbnQgZGUgbCYjMDM5O2FuY2llbiBjaGFtcGlvbuKApklsIHkgYSBiZWF1Y291cCBkZSBiZWxsZXMgcsOpZmxleGlvbnMgw6AgdGlyZXIgZGUgdG91dCBsZSBmaWxtIGxvcnNxdSYjMDM5O29uIHByYXRpcXVlIGxhICNNaW5kZnVsbmVzcywgbWFpcyB2b2ljaSBjZSBxdWUgamUgcGVyw6dvaXMsIGF1am91cmQmIzAzOTtodWksIGRhbnMgbCYjMDM5O3VuZSBkZSBtZXMgc2PDqG5lcyBwcsOpZsOpcsOpcy4xLiBMQSBWSUUgRVNUIExFIE1JUkFDTEVGcmFuY2lzIENyaWNrLCBjby1kw6ljb3V2cmV1ciBkZSBsYSBzdHJ1Y3R1cmUgZW4gaMOpbGljZSBkZSBsJiMwMzk7QUROIGV0IHByaXggTm9iZWwgZMOpY2xhcmUgOiAmcXVvdDt1biBob25uw6p0ZSBob21tZSBhcm3DqSBkZSB0b3V0IGxlIHNhdm9pciDDoCBub3RyZSBwb3J0w6llIGF1am91cmQmIzAzOTtodWkgc2UgZGV2cmFpdCBkJiMwMzk7YWZmaXJtZXIgcXVlIGwmIzAzOTtvcmlnaW5lIGRlIGxhIHZpZSBwYXJhaXQgYWN0dWVsbGVtZW50IHRlbmlyIGR1IG1pcmFjbGUsIHRhbnQgaWwgeSBhIGRlIGNvbmRpdGlvbnMgw6AgcsOpdW5pciBwb3VyIGxhIG1ldHRyZSBlbiBvZXV2cmUmcXVvdDsuUG91ciBhbGxlciBkYW5zIGxlIG3Dqm1lIHNlbnMsIGplIG5lIGNyb2lzIHBhcyBxdSYjMDM5O2F1Y3VuIGRlIG5vcyBwcm9ncsOocyBodW1haW5zLCBiaWVuIHF1ZSBtZXJ2ZWlsbGV1eCBwYXJmb2lzLCBzb2llbnQgZGUgdsOpcml0YWJsZXMgbWlyYWNsZXMuIEVuIHJldmFuY2hlLCBqZSB0cm91dmUgbWlyYWN1bGV1c2UgbGEgcHJvYmFiaWxpdMOpIGluZmltZSBxdWUgY2hhY3VuIGQmIzAzOTtlbnRyZSBub3VzIHB1aXNzZSBleHDDqXJpbWVudGVyIGxlIHNpbXBsZSBmYWl0IGQmIzAzOTvDqnRyZSB2aXZhbnQuIExhIFZpZSBFU1QgbGUgbWlyYWNsZS4gRXQgw6AgbCYjMDM5O2luc3RhbnQgb8O5IG5vdXMgcHJlbm9ucyBjb25zY2llbmNlIGRlIHNhIGJlYXV0w6ksIGxhIHBvc3NpYmlsaXTDqSBzJiMwMzk7b3V2cmUsIGVuIGNoYWN1biBkZSBub3VzLCBkZSB2b2lyIGxlIGNoZW1pbiwgZGUgZMOpY291dnJpciBsZSBzZW5zIGNhY2jDqSBkZXJyacOocmUgbGVzIGFwcGFyZW5jZXMuQ2V0dGUgcHJpc2UgZGUgY29uc2NpZW5jZSBuYWl0IHN1ciBsZSB0ZXJyZWF1IGQmIzAzOTt1bmUgc2Vuc2F0aW9uLCBkJiMwMzk7dW5lIMOpbW90aW9u4oCmIGRlIHF1ZWxxdWUgY2hvc2UgcXVpIHNlIHByb2R1aXQgZGFucyBsZSBjb3Jwcy4gVW4gY29ycHMgcXVpIHLDqXNpZGUgcGVycMOpdHVlbGxlbWVudCBkYW5zIGxlIHByw6lzZW50IHRhbmRpcyBxdWUgbm90cmUgbWVudGFsIGJvbmRpdCBzYW5zIGNlc3NlIGVudHJlIGxlIHBhc3PDqSBldCBsZSBmdXR1ci5DJiMwMzk7ZXN0IGV4YWN0ZW1lbnQgY2UgcXVpIHNlIHByb2R1aXQgYXUgZMOpYnV0IGRlIGNldCBleHRyYWl0IDotKSBVbmUgYmVsbGUgcHJpc2UgZGUgY29uc2NpZW5jZeKApjIuIExBIFZJRSBFU1QgQ09NTUUgVU4gUEFSQ09VUlMgREUgR09MRkp1bnVoIHZpZW50IGRlIHByZW5kcmUgY29uc2NpZW5jZSBkZSBsYSBiZWF1dMOpIGRlIGwmIzAzOTtpbnN0YW50LiBDJiMwMzk7ZXN0IHVuZSBleHDDqXJpZW5jZSBxdSYjMDM5O2lsIHJlc3NlbnQgaWNpIGV0IG1haW50ZW5hbnQsIGRhbnMgc29uIGNvcnBzLiBCYWdnZXIgbCYjMDM5O2ludGVycm9tcHQgYWxvcnMgZW4gbHVpIGluZGlxdWFudCBxdWUgJnF1b3Q7QyYjMDM5O0VTVCBMRSBNT01FTlQgZGUgdm9pciBsZSBjaGVtaW4mcXVvdDssIGQmIzAzOTvDqnRyZSBQUk9BQ1RJRuKApiBNYWlzIGMmIzAzOTtlc3QgaW1tw6lkaWF0ZW1lbnQgZGFucyBsZSBSw4lBQ1RJRiBxdWUgSnVudWggc2UgcHJvamV0dGUgbWFjaGluYWxlbWVudCBlbiDDqW5vbsOnYW50IGxlcyBwcm9ibMOobWVzIDogbGEgZGlzdGFuY2UganVzcXUmIzAzOTthdSBkcmFwZWF1LCBzZXMgY291cHMgZGUgcmV0YXJkLiBCcmVmLCBpbCByw6JsZSBlbiDDqW5vbsOnYW50IMOgIHZvaXggaGF1dGUgc2VzIHJ1bWluYXRpb25zIGF1IHN1amV0IGRlcyBjaXJjb25zdGFuY2VzIHBhc3PDqWVzIGV0IGZ1dHVyZXMuIExhIGJlYXV0w6kgdmllbnQgZGUgcyYjMDM5O8OpdmFub3VpciBkYW5zIGxlcyBzb3VjaXMsIGxlcyBhcHBhcmVuY2Vz4oCmIDotKEJhZ2dlciBsJiMwMzk7ZW5jb3VyYWdlIGFsb3JzIMOgIGNoYW5nZXIgc29uIHBvaW50IGRlIHZ1ZSwgw6AgcHJlbmRyZSBjb25zY2llbmNlIHF1ZSBsZXMgY29uc8OpcXVlbmNlcyBkZSBzYSBmYcOnb24gZGUgdm9pciBsZXMgY2hvc2VzIG9udCDDqXTDqSBkw6lzYXN0cmV1c2VzIGp1c3F1JiMwMzk7w6AgY2UgbW9tZW50IGRlIGxhIHBhcnRpZS4gRW4gZmFpdCwgYyYjMDM5O2VzdCBzaW1wbGVtZW50IGxhIGZhw6dvbiBkb250IEp1bnVoIHZvaXQgZXQgcmVzc2VudCBsZSBwcm9ibMOobWUgcXVpIEVTVCBsZSB2cmFpIHByb2Jsw6htZS4gUyYjMDM5O2lsIGNoYW5nZSBzYSBmYcOnb24gZCYjMDM5O8OqdHJlIGV0IGRlIGZhaXJlLCBpbCBlc3QgcG9zc2libGUgcXVlIGNlbGEgY2hhbmdlIMOpZ2FsZW1lbnQgbGVzIHLDqXN1bHRhdHMgbWFsaGV1cmV1eCBxdSYjMDM5O2lsIG9idGllbnQuIEV0IHBhcmNlIHF1JiMwMzk7aWwgYSBlbnRyZXZ1IChyZXNzZW50aSkgbGEgYmVhdXTDqSBkdSBjaGVtaW4sIGlsIGVzdCDDqWdhbGVtZW50IHRlbXBzIHBvdXIgbHVpIGRlIHLDqWFsaXNlciBxdSYjMDM5O2lsIGV4aXN0ZSDDqWdhbGVtZW50IHVuZSBmYcOnb24gaGV1cmV1c2UgZGUgbWFyY2hlciBzdXIgbGUgY2hlbWluLiBDYXIgY2UgcGFyY291cnMgZGUgZ29sZiBlc3QgbCYjMDM5O2ltYWdlIGV4YWN0ZSBkZSBzYSB2aWUuIDstKUxvcnNxdSYjMDM5O29uIGVzdCBww6l0cmkgZGUgY2VydGl0dWRlcywgZGUgY3JveWFuY2VzIGV0IGQmIzAzOTtoYWJpdHVkZXMgaWwgZXN0IHBhcmZvaXMgZGlmZmljaWxlIGQmIzAzOTthY2NlcHRlciBkZSBjaGFuZ2VyLiBFdCBKdW51aCwgY29tbWUgY2hhY3VuIGRlIG5vdXMsIG5lIGZhaXQgcGFzIGV4Y2VwdGlvbi4gSWwgcmVmdXNlIGQmIzAzOTthYm9yZCBsJiMwMzk7aW52aXRhdGlvbiBkZSBzb24gYXNzaXN0YW50IMOgIHNlIHJlbWV0dHJlIGVuIHF1ZXN0aW9uLCDDoCBjaGFuZ2VyIHNhIHBlcnNwZWN0aXZlLCDDoCByw6lpbnRlcnByw6l0ZXIgc29uIGV4cMOpcmllbmNlLiBDYXIgaWwgcyYjMDM5O2FnaXQgYmllbiBkJiMwMzk7dW5lIGludml0YXRpb24gOiBjb21tZSBqZSBsJiMwMzk7YWkgYXBwcmlzIGF1IGNvdXJzIGRlIG1lcyBhbm7DqWVzIGQmIzAzOTthY2NvbXBhZ25lbWVudCBhdSBjaGFuZ2VtZW50LCBvbiBuZSBwZXV0IGZvcmNlciBwZXJzb25uZSDDoCBjaGFuZ2VyLiBBdSBtaWV1eCBwZXV0LW9uIGluZGlxdWVyIHVuIGNoZW1pbiBxdWUgbCYjMDM5O29uIGNvbm5haXQgZXQgbGFpc3NlciBjaGFjdW4gZMOpY2lkZXIgcG91ciBsdWktbcOqbWUsIHNhbnMgZm9yY2VyLCBzYW5zIGN1bHBhYmlsaXNlciwgc2FucyBmYWlyZSBkZSByZXByb2NoZXMuMy4gUE9VUiBUUk9VVkVSIExFIENIRU1JTiwgSUwgRVNUIFVUSUxFIERFIEZBSVJFIERFIExBIFBMQUNFIEFVVE9VUiBERSBTT0kgRVQgRU4gU09JSnVudWggcXVpIHNlIHNlbnQgYWxvcnMgcGxlaW5lbWVudCDDqWNvdXTDqSwgcGxlaW5lbWVudCBhY2NlcHTDqSwgZGVtYW5kZSBhbG9ycyBDT01NRU5UIGNvbnNpZMOpcmVyIGxlIGNoZW1pbiBkZSBmYcOnb24gZGlmZsOpcmVudGUgPyBTb24gYXNzaXN0YW50IGx1aSBwcm9wb3NlIGFsb3JzIGQmIzAzOTtvYnNlcnZlciwgZGUgcHJlbmRyZSBleGVtcGxlLCBzdXIgbCYjMDM5O3VuIGRlIHNlcyBjb25jdXJyZW50c+KApk9uIGTDqWNvdXZyZSBhbG9ycyBjb21tZW50IEJvYmJ5IEpvbmVzICZxdW90O3Ryb3V2ZSBzdXIgbGUgY2hlbWluJnF1b3Q7IDogaWwgY29tbWVuY2UgcGFyIGZhaXJlIGRlIGxhIHBsYWNlIGF1dG91ciBkZSBsdWksIGNvbW1lIG5vdXMgcG91dm9ucyBsZSBmYWlyZSBlbiBtZXR0YW50IGRlIGwmIzAzOTtvcmRyZSBhdXRvdXIgZGUgbm90cmUgcHJvcHJlIHZpZSAocmFuZ2VtZW50IGRlIGwmIzAzOTtlbnZpcm9ubmVtZW50LCBjZXNzYXRpb24gZGVzIGFjdGl2aXTDqXMgaW51dGlsZXMgZXQvb3UgcGVzYW50ZXMsIHJldHJhaXQgZGVzIHJlbGF0aW9ucyBpbmZydWN0dWV1c2VzIG91IHRveGlxdWVzLCBldGMpLiBFdCBwdWlzLCBsb3JzcXVlIHNvbiBlc3BhY2UgZXh0w6lyaWV1ciBlc3QgcHLDqnQsIEJvYmJ5IHNlIG1ldCBlbiBxdcOqdGUgZGUgc29uIGVzcGFjZSBpbnTDqXJpZXVyLCBkZSBsYSBQTEVJTkUgQ09OU0NJRU5DReKApiA6LSlFeHTDqXJpZXVyZW1lbnQgb24gbGUgdm9pdCByw6lww6l0ZXIgY2UgY291cCBkJiMwMzk7ZXNzYWkgcXUmIzAzOTtpbCBhIHByYXRpcXXDqSBkZXMgZGl6YWluZXMgZGUgbWlsbGllcnMgZGUgZm9pcyBkYW5zIHNhIGJyaWxsYW50ZSBjYXJyacOocmUgZGUgZ29sZmV1ci4gSWwgYXBhaXNlIHNvbiBtZW50YWwgZXQgc29uIGxvdCBkZSBydW1pbmF0aW9ucyDDqWdvdGlxdWVzIHN1ciBsZSBmYWl0IGQmIzAzOTvDqWNob3VlciBvdSBkZSByw6l1c3NpciwgY2FyIGzDoCBuJiMwMzk7ZXN0IHBhcyBsYSBxdWVzdGlvbuKApiBFeGFjdGVtZW50IGNvbW1lIGxvcnNxdSYjMDM5O29uIHByYXRpcXVlIGxhICNNw6lkaXRhdGlvbiwgYXZlYyBzb24gY29ycHMsIGlsIGNoZXJjaGUgbGVzIGJvbm5lcyBzZW5zYXRpb25zLCBsJiMwMzk7w6ltb3Rpb24ganVzdGUsIGxhIHBvc3R1cmUganVzdGUuIElsIG91dnJlIHNlcyBwZXJjZXB0aW9ucyBkZSBmYcOnb24gw6Agc2UgcGxhY2VyIGF1IGNvZXVyIGR1IG1vbWVudCwgZGUgbCYjMDM5O2luc3RhbnQgcHLDqXNlbnTigKYgTWFpcyBwb3VycXVvaT9TZWxvbiBCYWdnZXIsIEJvYmJ5IGRpc3Bvc2UgZGUgdG91dCB1biBhcnNlbmFsIGRlIGNvbXDDqXRlbmNlcyBxdSYjMDM5O2lsIHBldXQgdXRpbGlzZXIgcG91ciBmcmFwcGVyIHNhIGJhbGxlIGV0IGF0dGVpbmRyZSBzb24gb2JqZWN0aWYuIEV4YWN0ZW1lbnQgY29tbWUgY2hhY3VuIGRlIG5vdXMgcG9zc8OoZGUgdG91dCB1biB0YXMgZGUgY29tcMOpdGVuY2VzIHBvdXIgYWdpci4gTWFpcyDDoCBjZXQgaW5zdGFudCBwcsOpY2lzLCBpbCBuJiMwMzk7eSBhIHF1JiMwMzk7dW4gc2V1bCBjb3VwLCB1biBzZXVsIGVmZmV0IFBBUkZBSVQgOyBjJiMwMzk7ZXN0LcOgLWRpcmUgcXVpIHNvaXQgZW4gSEFSTU9OSUUgYXZlYyBjZSBxdWkgZXN0IGVuIGx1aSBldCDDoCBsJiMwMzk7ZXh0w6lyaWV1ciBkZSBsdWkgw6AgY2UgbW9tZW50IGzDoCBkdSBqZXUuIEV0IGMmIzAzOTtlc3QgY2UgcXVlIEJhZ2dlciBhcHBlbGxlIDogbGUgU1dJTkcgQVVUSEVOVElRVUXigKZDZSBjb3VwIHBhcmZhaXQsIMOnYSBuJiMwMzk7ZXN0IHBhcyBsJiMwMzk7aG9tbWUgcXVpIGxlIGNob2lzaXQuIE1haXMgYyYjMDM5O2VzdCBlbiBkZXZlbmFudCBwbGVpbmVtZW50IGNvbnNjaWVudCBkZSBDRSBRVUkgRVNULCBxdWUgbGUgY291cCBwYXJmYWl0IHMmIzAzOTtpbnZpdGUgZW4gbCYjMDM5O2hvbW1lICFCb2JieSBuZSBGQUlUIHBhc+KApiBVTiBzd2luZy4gOi0oSWwgRVNU4oCmIExFIHN3aW5nLiA6LSk0LiBORSBDSEVSQ0hFWiBQQVMgTEUgQ0hFTUlOIEVOIERFSE9SUyBERSBWT1VTLCBWT1VTIMOKVEVTIExFIENIRU1JTi5Db21tZSBsYSBwbHVwYXJ0IGQmIzAzOTtlbnRyZSBub3VzLCBqJiMwMzk7YWkgcGFzc8OpIHVuZSBib25uZSBwYXJ0aWUgZGUgbWEgdmllIMOgIGNoZXJjaGVyIGRlcyByw6lwb25zZXMgZW4gZGVob3JzIGRlIG1vaS4gSiYjMDM5O2FpIGRlbWFuZMOpIMOgIGNlIHF1JiMwMzk7b24gbWUgZG9ubmUgZGVzIHLDqXBvbnNlcywgw6AgY2UgcXUmIzAzOTtvbiBtZSBkaXNlIHF1aSBqZSBkZXZhaXMgw6p0cmUgZXQgY2UgcXVlIGplIGRldmFpcyBmYWlyZSBwb3VyIG9idGVuaXIgY2VjaSBvdSBjZWxhLiBKJiMwMzk7YWkgc291dmVudCDDqXTDqSBjb21tZSB1biBhdmV1Z2xlIHF1aSwgbmF0dXJlbGxlbWVudCwgYSBiZXNvaW4gcXUmIzAzOTtvbiBsdWkgaW5kaXF1ZSBsZSBjaGVtaW4gw6Agc3VpdnJlLkomIzAzOTthaSBmaW5pIHBhciBjb21wcmVuZHJlIHF1ZSBzaSBvbiBwZXV0IHBhcmZvaXMgw6p0cmUgZ3VpZMOpIHN1ciBsZSBjaGVtaW4gcGFyIHF1ZWxxdSYjMDM5O3VuIHF1aSB2b2l0LCBtw6ptZSBjZWx1aSBxdWkgdm9pdCBlc3QgYXZldWdsZSBlbiBjZSBxdWkgY29uY2VybmUgbm90cmUgcHJvcHJlIGNoZW1pbiA6IHBlcnNvbm5lIG5lIHBldXQgbWFyY2hlciBub3RyZSBjaGVtaW4gw6Agbm90cmUgcGxhY2UsIGNhciBjaGFjdW4gZGUgbm91cyBhIHVuZSBmYcOnb24gcGFyZmFpdGVtZW50IHVuaXF1ZSBkZSBtYXJjaGVyLiBEZSBwbHVzLCBvbiBuZSBtYXJjaGUgcGFzIGF2ZWMgc2EgdMOqdGUgKHNvbiBtZW50YWwpIG1haXMgYXZlYyBzb24gY29ycHMuQ29tbWUgbGUgZGl0IEJhZ2dlciDDoCBKdW51aCBhdmFudCBkZSBzZSByZXRpcmVyIDogJnF1b3Q7bmUgcsOpZmzDqWNoaXNzZXogcGFzLCBzZW50ZXotbGUuIFZvcyBtYWlucyBzb250IHBsdXMgc2FnZXMgcXVlIHZvdHJlIHTDqnRlIG5lIGxlIHNlcmEgamFtYWlz4oCmJnF1b3Q7IDstKVRhbnQgcXVlIG5vdXMgbmUgbm91cyBtZXR0b25zIHBhcyBlbiBoYXJtb25pZSBhdmVjIGwmIzAzOTtpbnN0YW50IHByw6lzZW50LCBsZSBtZW50YWwgbm91cyBibGVzc2UgZGFucyBub3RyZSBtYXJjaGUgYXZldWdsZSBzdXIgbGVzIHJvdXRlcyBkdSBwYXNzw6kgZXQgZHUgZnV0dXIuIENlbGEgbmUgbm91cyBlbXDDqmNoZSBwYXMgZCYjMDM5O2F2YW5jZXIsIHBhcmZvaXMgbcOqbWUgZGUgcHJvZ3Jlc3NlciAhIFBvdXJ0YW50LCBhdS10cmF2ZXJzIGRlcyBqb2llcyBjb21tZSBkZXMgw6lwcmV1dmVzLCB0b3V0ZXMgbGVzIG9wcG9ydHVuaXTDqXMgcXVlIGxhIFZpZSBub3VzIGRvbm5lbnQgc29udCBhdXRhbnQgZGUgY2hhbmNlcyBkJiMwMzk7YXBwcmVuZHJlIGwmIzAzOTt1bmUgZGVzIGxlw6dvbnMgbGVzIHBsdXMgcHLDqWNpZXVzZXMgOiBsZSBjaGVtaW4gcXVlIHZvdXMgY2hlcmNoZXogc2UgdHJvdXZlIGVuIHZvdXMgZXQgbnVsbGUgcGFydCBhaWxsZXVycy4gOy0pVm91cyDDqnRlcyBsZSBjaGVtaW4gZXQgdm91cyBzZXVsIHBvdXZleiByZXNzZW50aXIsIGVudGVuZHJlIGV0IHZvaXIgY29tbWVudCB2b3VzIG1ldHRyZSBlbiBoYXJtb25pZSBhdmVjIHZvdXMtbcOqbWUuIExhIG3DqWRpdGF0aW9uIGRlICNwbGVpbmVjb25zY2llbmNlIGVzdCB1biBmb3JtaWRhYmxlIG91dGlsIHBvdXIgbGUgZMOpY291dnJpci4gOi1ESmVhbi1NYXJjKioqKioqKioqKioqKioqKioqKioqKioqKioqKioqaHR0cHM6Ly93d3cuZmFjZWJvb2suY29tL01NaW5kZnVsbmVzcy5mci88L3A+UG9zdMOpIHBhciA8YSBocmVmPSJodHRwczovL3d3dy5mYWNlYm9vay5jb20vTU1pbmRmdWxuZXNzLmZyLyI+TWluZGZ1bG5lc3M8L2E+IHN1ciBkaW1hbmNoZSAyNCBqYW52aWVyIDIwMTY8L2Jsb2NrcXVvdGU+PC9kaXY+PC9kaXY+[/video_player]

CLIQUEZ ICI POUR VOIR D’AUTRES VIDÉOS INSPIRANTES

[social_sharing style=”style-6″ fb_like_url=”https://mmindfulness.fr/meditation-pleine-conscience/” fb_color=”light” fb_lang=”fr_FR” fb_text=”like” fb_button_text=”Share” tw_text=”#Méditation pleine conscience : 4 petites leçons de Robert Redford selon M. Mindfulness” tw_lang=”fr” tw_url=”https://mmindfulness.fr/meditation-pleine-conscience/” tw_name=”somindfulness” tw_button_text=”Share” g_url=”https://mmindfulness.fr/meditation-pleine-conscience/” g_lang=”fr” g_button_text=”Share” p_url=”https://mmindfulness.fr/meditation-pleine-conscience/” linkedin_url=”https://mmindfulness.fr/meditation-pleine-conscience/” linkedin_lang=”fr_FR” alignment=”center”]

Suivez-moi

Monsieur Mindfulness

Jean-Marc Terrel anime des conférences, ateliers, stages, programmes MBSR et retraites de méditation pleine conscience en France et à l'étranger. C'est l'un des principaux acteurs de la discipline en France et dans la francophonie avec plus de 135.000 abonné•e•s (en décembre 2017) sur les réseaux sociaux. Coach professionnel certifié, psychopraticien en gestion du stress, formateur en PNL et instructeur MBSR en cours de certification, il mêle savoir-être et savoir faire avec douceur et bienveillance afin de créer un cadre propice au changement et à la connaissance de soi, dans le
respect des croyances de chacun.
Suivez-moi

    5 replies to "Méditation pleine conscience : 4 petites leçons de Robert Redford…"

    • […] d’être instable et inconsistant. Nous sommes tous à la même enseigne. La pratique de la méditation pleine conscience nous amène à le réaliser et à revenir systématiquement à l’instant présent, ici et […]

    • […] plus présent à moi-même et plus disponible pour les autres, pour nous. Avec ma pratique de la méditation de pleine conscience, j’apprends à apprécier le seul moment palpable, car le passé n’est plus et le futur […]

    • Quel est le sens de la vie?

      […] plus présent à moi-même et plus disponible pour les autres, pour nous. Avec ma pratique de la méditation de pleine conscience, j'apprends à apprécier le seul moment palpable, car le passé n'est plus et le futur n'est pas […]

    • […] qu'en faisant souffrir l'autre, au final c'est toujours soi-même que l'on fait souffrir. La méditation pleine conscience aide à […]

    • […] Si, à la lecture de cet article sur la bonne gestion des émotions, nous pouvions juste réaliser que nous livrons d’effroyables batailles émotionnelles contre nous-mêmes, que nous discriminons inconsciemment certains de nos ressentis afin de paraitre « comme il faut » et que chacune de nos émotions est une alliée – pas un ennemi – sans doute nous sentirions-nous plus entiers, plus complets. Sans doute, aussi, auriez-vous une meilleure estime de vous, plus de confiance en vous, une plus grande capacité à vous affirmer sans vous imposer, à savoir dire non sans vous sentir coupable. Parce qu’à la fin de la journée, quelque soient votre genre, votre âge ou votre couleur de peau, nous aurons tous reçu les mêmes messagers : la joie, la colère, la tristesse, le dégoût, la peur et la surprise. Savoir reconnaitre, accueillir et décrypter ces messages est donc sans doute l’une des clés de l’éveil spirituel et certainement l’un des bienfaits de la méditation pleine conscience. […]

Leave a Reply