Une définition Mindfulness dépendra toujours de celui à qui vous posez la question 🙂 . D’après le Dr Marion Trousselard, chercheur en neurophysiologie du stress, et contrairement à la croyance la plus fréquente, la Mindfulness n’est pas uniquement dérivée de la pensée bouddhiste (Histoire de la Mindfulness). C’est également l’avis de Dominique Steiler, enseignant à l’EM Grenoble (Efficacité et Bien-Être au Travail). Et, en toute modestie, je suis également de leurs avis. Et voici pourquoi : bien que le bouddhisme ait indéniablement su préserver et transmettre de manière vivante son concept basé sur une attention nue – également appelée pleine conscience ainsi que ses pratiques s’appuyant sur la méditation, comme nous le renseigne l’encyclopédie de la religion de Gale et Thomson, on retrouve la Mindfulness dans l’hindouisme, l’islam, la chrétienté tout autant que dans les philosophies grecques anciennes ou européennes modernes.

On retrouve la Mindfulness dans TOUTES les traditions

Prenons quelques exemples cités par le Dr Trousselard : les Upanishads (1500 av. J.-C) décrivent l’importance de développer l’attention ou la contemplation avec l’intention de réduire et d’apaiser le flot des pensées ou des activités automatiques en fixant son attention sur la respiration. La tradition bouddhiste fait remonter ces pratiques au 6e siècle av. J.-C. et utilise deux principales approches de méditation de pleine conscience pour apprendre à accepter le présent tel qu’il est : les méditations de Samatha (attention vigilante) et Vipassana (vision pénétrante) qui ont elles aussi pour objet de réduire les perturbations mentales et de permettre une connaissance plus juste des phénomènes.

Dans le taoïsme (environ 6e siècle av. J.-C.), c’est à travers des techniques de focalisation de l’attention sur la respiration, par des pratiques immobiles (zuowan, à traduire littéralement par “s’assoir et oublier”) ou en action (tai qi quan) que le travail sur la conscience des phénomènes est abordé. Si la présence du développement de l’attention ou de la conscience est peu mentionnée dans les grands courants monothéistes, elle a néanmoins existé et perdure dans certains rituels de prière attentive comme la Kabbale pour la religion juive, la prière du chœur dans la religion chrétienne orthodoxe et bien sûr, sans être la seule, dans la pratique des derviches tourneurs pour l’Islam avec comme but une réduction de l’éparpillement de l’attention.

Toujours selon le chercheur, différents philosophes occidentaux se sont également penchés sur le phénomène de la pleine conscience. Montaigne, dans ses Essais, en est certainement le plus ancien avec son idée clé du “vivre à propos” :

quand je danse, je danse ; quand je dors, je dors ; et quand je me promène solitairement en un beau verger, si mes pensées se sont entretenues des occurrences étrangères quelque partie du temps, quelque autre partie je les ramène à la promenade, au verger, à la douceur de cette solitude et à moi.

Spinoza (17e siècle) vantait aussi la reconnaissance des émotions destructrices et leur acceptation comme remède à leur meilleure gestion. Enfin, pour clore ce tour des approches, au 20e siècle, Husserl et ensuite d’Heidegger expliqueront par la phénoménologie – la science du vécu – comment l’expérience de l’instant peut mener à une certaine libération.

Plus près de nous, selon le professeur émérite de médecine Jon Kabat-Zinn, chercheur et promoteur mondialement reconnu sur le sujet de la Mindfulness, celle-ci peut être définie comme un état de conscience qui résulte du fait de porter son attention, intentionnellement, dans le moment présent, sans juger”.

C’est une définition que j’aime énormément car elle contient les 3 clefs de de la pratique.

3 Clefs pour une définition Mindfulness complète

[bullet_block large_icon=”39.png” width=”” alignment=”center”]

  • Premièrement, notre attention est maintenue INTENTIONNELLEMENT sur l’objet de notre observation.

[/bullet_block]
Lorsque nous sommes en mode zombie, notre attention est sans cesse happée par des trains de pensées. Mais, en choisissant la pleine conscience de l’ici et maintenant, nous descendons du train et plaçons notre attention là où nous l’avons décidé.

Lorsqu’on débute, la Mindfulness implique en effet de maintenir, de façon délibérée, son attention ici et maintenant. Cela pourra, par exemple, se faire avec le souffle, avec les sensations corporelles ou avec les sons environnants. Avec de l’expérience on pourra ensuite découvrir “l’attention sans objet”.

‘Consciemment’ et ‘volontairement’ sont des synonymes du mot intentionnellement. La pleine conscience implique donc le fait de décider de vivre de façon moins automatique, c’est-à-dire plus intentionnelle, plus éveillée.

[bullet_block large_icon=”40.png” width=”” alignment=”center”]

  • Deuxièmement, notre attention est vigilante à ce qui se passe dans LE MOMENT PRÉSENT…

[/bullet_block]
Lorsque nous laissons nos automatismes tenir la barre, ils nous éloignent le plus souvent de l’instant présent. La “partie mentale” de notre conscience – ce que nous appelons généralement la pensée ou la “tête” – se repasse en boucle des évènements du passé et/ou se projette dans des rêvasseries au sujet d’éventualités futures. J’en ai plein la tête, dirons-nous ! Pour le dire autrement, nous nous racontons inlassablement des histoires à notre propre sujet ou au sujet des autres et, ce faisant, nous sommes très rarement pleinement conscient de l’instant 🙁 C’est comme si nous étions désincarnés… Des zombies je vous dis ! 😉

La pleine conscience implique une incarnation totale dans le moment présent, l’ici et maintenant. Or, si on ne peut pas être pleinement conscient avec sa ‘tête’, on peut l’être avec son corps : en effet, alors que le mental bondit sans cesse entre le passé et le futur, le corps, lui, réside indiscutablement dans le présent. Il y a d’ailleurs un jeu de mots qui marche bien en anglais et qui pose la question : are you “Mind full” or “Mindful” ? ; que l’on pourrait traduire par : avez-vous “l’esprit encombré” ou “l’esprit clair” ? 😉 Écrire Mindfullness avec deux ‘l’ est donc une erreur car, bien entendu, il ne s’agit pas d’avoir l’esprit encombré mais bien d’apprendre à avoir l’esprit clair… Ce qui, vous en conviendrez, est très différent ! 😀  

Pour développer cette attention vigilante de la Mindfulness qui facilite la clarté d’esprit, on commencera donc par apprendre à simplement reconnaître ce qui est là pour chacun, dans l’instant présent. Et pour y parvenir, on apprendra à suivre ce que j’appelle le chemin du corps et non pas l’autoroute des pensées.

Plus facile à dire qu’à faire ! 😉

[bullet_block large_icon=”41.png” width=”” alignment=”center”]

  • Enfin, troisièmement, nous sommes attentifs à NE PAS JUGER ce qui est là…

[/bullet_block]
Il existe de nombreuses formes de méditation ainsi que de nombreux mythes au sujet de la “méditation de pleine conscience”. Pour ce qui concerne la Mindfulness, nous ne cherchons pas à contrôler ou supprimer nos pensées pour ne plus penser ou faire le vide. Au contraire ! Après avoir reconnu ce qui est là, dans l’instant, l’idée consiste plutôt à accepter ce qui est là ; et que cela soit positif ou négatif n’a pas d’importance. C’est là, tout simplement.

Avec la pleine conscience, il s’agit donc d’être attentif à l’expérience telle qu’elle apparaît ici et maintenant dans le champ de la conscience, sans attente particulière et sans jugement de valeur, tel un observateur en terre inconnue, curieux de simplement découvrir ce qui est là.

En explorant l’instant présent de cette manière-là, la Mindfulness nous permet petit à petit de nous détacher des automatismes habituels en prenant conscience de ce qui se joue, le plus souvent, totalement inconsciemment en nous. Développer cette capacité – que nous possédons tous – de prendre du recul ouvre très clairement de nouveaux espaces de choix, de nouvelles possibilités d’être, de faire et d’avoir.

Ma définition Mindfulness en bref

Si la Mindfulness ou “pleine conscience” est certainement une aptitude qui a particulièrement été explorée par la tradition bouddhiste – et il faut le reconnaitre – l’exploration de cet état/aptitude se retrouve sous différentes formes dans TOUTES les grandes traditions religieuses et courants philosophiques.

De mon point de vue, la pleine conscience désigne donc avant tout notre capacité naturelle à appliquer notre attention à un aspect plus ou moins restreint de notre vécu intérieur ou extérieur, autrement dit à observer l’ici et maintenant.

J’ose donc vous proposer cette définition de la Mindfulness complètement exempte de connotations religieuses ou philosophiques : la Mindfulness ou pleine conscience, c’est l’attention vigilante et sans jugement à ce qui se passe dans l’instant présent.

[video_player type=”embed” width=”560″ height=”315″ align=”center” margin_top=”0″ margin_bottom=”20″]PGRpdiBpZD0iZmItcm9vdCI+PC9kaXY+PHNjcmlwdD4oZnVuY3Rpb24oZCwgcywgaWQpIHsgIHZhciBqcywgZmpzID0gZC5nZXRFbGVtZW50c0J5VGFnTmFtZShzKVswXTsgIGlmIChkLmdldEVsZW1lbnRCeUlkKGlkKSkgcmV0dXJuOyAganMgPSBkLmNyZWF0ZUVsZW1lbnQocyk7IGpzLmlkID0gaWQ7ICBqcy5zcmMgPSAiLy9jb25uZWN0LmZhY2Vib29rLm5ldC9mcl9GUi9zZGsuanMjeGZibWw9MSZ2ZXJzaW9uPXYyLjMiOyAgZmpzLnBhcmVudE5vZGUuaW5zZXJ0QmVmb3JlKGpzLCBmanMpO30oZG9jdW1lbnQsICdzY3JpcHQnLCAnZmFjZWJvb2stanNzZGsnKSk7PC9zY3JpcHQ+PGRpdiBjbGFzcz0iZmItdmlkZW8iIGRhdGEtYWxsb3dmdWxsc2NyZWVuPSIxIiBkYXRhLWhyZWY9Ii9NTWluZGZ1bG5lc3MuZnIvdmlkZW9zL3ZiLjE1MjMyNDY2MjQ2MzM5OTYvMTU0MzQ5Njg1OTI3NTYzOS8/dHlwZT0zIj48ZGl2IGNsYXNzPSJmYi14ZmJtbC1wYXJzZS1pZ25vcmUiPjxibG9ja3F1b3RlIGNpdGU9Imh0dHBzOi8vd3d3LmZhY2Vib29rLmNvbS9NTWluZGZ1bG5lc3MuZnIvdmlkZW9zLzE1NDM0OTY4NTkyNzU2MzkvIj48YSBocmVmPSJodHRwczovL3d3dy5mYWNlYm9vay5jb20vTU1pbmRmdWxuZXNzLmZyL3ZpZGVvcy8xNTQzNDk2ODU5Mjc1NjM5LyI+SiYjMDM5O2FpIHZpZMOpIHRvbiBlc3ByaXQ8L2E+PHA+UXUmIzAzOTtlc3QtY2UgcXVlIGxhIFBMRUlORSBDT05TQ0lFTkNFIGR1IE1vbWVudCBQcsOpc2VudCA/QXZlei12b3VzIGx1IGxlIGxpdnJlIGRlIERhbiBNaWxsbWFuICZxdW90O0xhIFZvaWUgZHUgZ3VlcnJpZXIgcGFjaWZpcXVlJnF1b3Q7IG91IHBldXQtw6p0cmUgdnUgbGUgZmlsbSA/IElsIHkgYSBjZXR0ZSBzY8OobmUgdHLDqHMgZHLDtGxlIHF1ZSBqZSB2b3VzIHByb3Bvc2UgZW4gdmlkw6lvIHF1aSByYWNvbnRlIGxhIDHDqHJlIGxlw6dvbiBkdSBow6lyb3MgOiBzb3J0aXIgbGVzIG9yZHVyZXMgZGUgc2EgdMOqdGUuIFVuZSBzY8OobmUgcXVpIGTDqXBlaW50IG1hZ25pZmlxdWVtZW50IHVuIGNoYW5nZW1lbnQgc291ZGFpbiBldCByYWRpY2FsIGR1IG1vZGUgZGUgcGVuc2VyIGhhYml0dWVsIMOgIGxhIHBsZWluZSBjb25zY2llbmNlLkRhbnMgY2V0dGUgaGlzdG9pcmUsIGluc3BpcsOpZSBkZSBmYWl0cyByw6llbHMsIERhbiBlc3QgdW4gamV1bmUgYXRobMOodGUgdHLDqHMgcHJvbWV0dGV1ci4gSWwgZXN0IGTDqWNyaXQgY29tbWUgdW5lIHBlcnNvbm5lIMOpZ2/Dr3N0ZSwgaGF1dGFpbmUgZXQgdHLDqHMgYW1iaXRpZXVzZS4gQ2UgcXVpIGVzdCBhc3NleiBjb3VyYW50IGNoZXogbGVzIGpldW5lcyBnZW5zIGJyaWxsYW50cyA7LSkgQ29uZGl0aW9ubsOpIHBhciBzb24gbWlsaWV1LCBpbCBzJiMwMzk7aW1hZ2luZSBxdWUgbCYjMDM5O2FjY29tcGxpc3NlbWVudCBldCBsZSBib25oZXVyIHZpZW5kcm9udCDDoCBsdWkgbG9yc3F1JiMwMzk7aWwgb2J0aWVuZHJhIGxhIGdsb2lyZSBzcG9ydGl2ZeKApkV0IHB1aXMgaWwgcmVuY29udHJlIHVuIGhvbW1lIG11ciBldCDDqWNsYWlyw6kgLSBwb3VyIG5lIHBhcyBkaXJlIMOpdmVpbGzDqSAtIHF1aSB0cmF2YWlsbGUgZGUgbnVpdCBkYW5zIHVuZSBwZXRpdGUgc3RhdGlvbi1zZXJ2aWNlIGxvY2FsZS4gQ2V0IGhvbW1lIHBvc3PDqGRlIHF1ZWxxdWUgY2hvc2UgcXVlIERhbiBuZSBwb3Nzw6hkZSBwYXMgZXQgcXVpIGwmIzAzOTtpbnRlcnBlbGxl4oCmIERhbiBkZXZpZW50IHNvbiDDqWzDqHZlLlVuIHNvaXIsIGRhbnMgdW5lIGF1dHJlIHNjw6huZSwgY2VsdWkgcXVlIERhbiBhIHN1cm5vbW3DqSBTb2NyYXRlIGwmIzAzOTtpbnZpdGUgw6AgYWxsZXIgcyYjMDM5O2Fzc2VvaXIgc3VyIGxlIGNhcG90IGQmIzAzOTt1bmUgw6lwYXZlIGV0IGx1aSBkaXQgcXUmIzAzOTtpbCBkb2l0IHkgcmVzdGVyIGp1c3F1JiMwMzk7w6AgY2UgcXUmIzAzOTtpbCBhaXQgLSBFTkZJTiAtIHF1ZWxxdWUgY2hvc2UgZGUgdmFsZXVyIMOgIGRpcmUuIElsIGZhdXQgZGlyZSBxdWUgbGEgdMOqdGUgZGUgRGFuIGVzdCB0cnVmZsOpZSBkZSB0b3V0ZXMgc29ydGVzIGRlIHNvdHRpc2VzIGF1eHF1ZWxsZXMgbCYjMDM5O8OpZHVjYXRpb24gZXQgbGUgc3lzdMOobWUgbm91cyBwcsOpcGFyZW50IGV0LCBlbiBwbHVzLCBpbCBhIHVuIGNhcmFjdMOocmUgZGUgY2hpb3R0ZSAhIDstKUFzc2lzIGzDoCwgdG91dGUgbGEgbnVpdCwgc3VyIGxlIGNhcG90IGRlIGxhIHZvaXR1cmUsIGlsIHBlbnNlIMOgIGRlcyBjaG9zZXMgJnF1b3Q7c2FnZXMmcXVvdDsgcXUmIzAzOTtpbCBhIGVudGVuZHUgZGFucyBkZXMgbGl2cmVzIG91IGRlcyBmaWxtcyBldCwgZGUgdGVtcHMgZW4gdGVtcHMsIGlsIGNvdXJ0IGTDqWJpdGVyIHNlcyB0cm91dmFpbGxlcyDDoCBzb24gbWVudG9yLiBNYWlzLCDDoCBjaGFxdWUgZm9pcywgaWwgc2UgZmFpdCByZWNhbGVyIGV0IHNlIHJldHJvdXZlIMOgIG5vdXZlYXUgc3VyIGxlIGNhcG90IGRlIGxhIHZvaXR1cmUuIDotREFwcsOocyBkZXMgaGV1cmVzIGFzc2lzIMOgIGVuY2hhaW5lciBwZW5zw6llIGFwcsOocyBwZW5zw6llLCDDoCBlc3NheWVyIHNhbnMgc3VjY8OocyBjaXRhdGlvbiBhcHLDqHMgY2l0YXRpb24sIGxlIHNvbGVpbCBzZSBsw6h2ZS4gRGFuIGVzdCDDqXB1aXPDqS4gVHJvcCBmYXRpZ3XDqSBwb3VyIGNvbnRpbnVlciDDoCBwZW5zZXIsIGlsIGzDomNoZSBwcmlzZS4gSWwgcyYjMDM5O2FsbG9uZ2Ugc3VyIGxlIGRvcyBldCByZWdhcmRlIGxlIGNpZWzigKZDJiMwMzk7ZXN0IGFsb3JzIHF1ZSAmcXVvdDtxdWVscXVlIGNob3NlIHNlIGTDqXBsYWNlIGVuIGx1aSZxdW90Oy4gRGFuIG9ic2VydmUgdW4gamV1bmUgY291cGxlIHF1aSBhcnJpdmUgZGFucyBsYSBzdGF0aW9uLiBJbCBsZXMgcmVnYXJkZSBzJiMwMzk7ZW1icmFzc2VyIGV0IHByZW5kIGNvbnNjaWVuY2XigKYgZHUgZ2VzdGUgZCYjMDM5O2Ftb3VyIGV0IGRlIHRlbmRyZXNzZSBxdSYjMDM5O2lscyDDqWNoYW5nZW50ICEgw4AgY2UgbW9tZW50LWzDoCwgaWwgYWNjdWVpbGxlIHRvdGFsZW1lbnQgY2UgcXVpIGVzdCBsw6AgZGV2YW50IGx1aSA6IExFIE1PTUVOVCBQUsOJU0VOVC5BcHLDqHMgcXVlbHF1ZXMgaW5zdGFudHMgYXNzaXMgbMOgLCBlbiBzaWxlbmNlLCBpbCBzZSByZW5kIHRvdXQgY29udGVudCBkYW5zIGxhIGJvdXRpcXVlIGV0IHJlZ2FyZGUgU29jcmF0ZSBhdmVjIGR1IGJvbmhldXIgZGFucyBsZXMgeWV1eCA6ICZxdW90O2lsIG4mIzAzOTt5IGEgcGFzIGRlIG1vbWVudCBiYW5hbCZxdW90OywgYWZmaXJtZS10LWlsIGRvdWNlbWVudC5DJiMwMzk7ZXN0IGwmIzAzOTt1bmUgZGVzIGxlw6dvbnMgcXVlIERhbiBkZXZhaXQgYXBwcmVuZHJlLiBVbmUgbGXDp29uIGFwcHJpc2UgdW5pcXVlbWVudCBwYXIgbCYjMDM5O2V4cMOpcmllbmNlIGRpcmVjdGUgOiBsb3JzcXVlIERhbiBhIGxhaXNzw6kgc29uIGFwdGl0dWRlIMOgIGxhIHBsZWluZSBjb25zY2llbmNlIG9ic2VydmVyIGwmIzAzOTtpY2kgZXQgbWFpbnRlbmFudCwgaWwgYSBzb3VkYWluIHLDqWFsaXPDqSBxdWUgY2hhcXVlIGluc3RhbnQgcXUmIzAzOTtpbCBub3VzIGVzdCBkb25uw6kgZGUgdml2cmUgZXN0IHVuaXF1ZS4gSWwgYSBhcHByaXMgcXUmIzAzOTtpbCBuJiMwMzk7eSBhIGphbWFpcyAmcXVvdDtyaWVuIMOgIGZhaXJlJnF1b3Q7IGV0IHF1ZSBjaGFxdWUgaW5zdGFudCBkZSBsYSB2aWUgZXN0IHNhY3LDqSwgcGxlaW4gw6AgcmFzLWJvcmQsIGTDqWJvcmRhbnQgZCYjMDM5O8OpbWVydmVpbGxlbWVudCBldCBkZSBteXN0w6hyZS4gOy1ETWFpcywgYXZlYyBub3RyZSBtb2RlIGRlIHZpZSDDoCAxMDAga20vaCwgbm91cyBuJiMwMzk7ZW4gcHJlbm9ucyBjb25zY2llbmNlIHF1ZSBzaSBub3VzIHJhbGVudGlzc29ucyBzdWZmaXNhbW1lbnQgcG91ciBkw6lndXN0ZXIgbGUgbW9tZW50IHByw6lzZW50LiBJbCBuJiMwMzk7eSBhIHJpZW4gw6AgRkFJUkUgb3Ugw6AgQVZPSVIgcXVpIHB1aXNzZSBub3VzIHJlbmRyZSBkdXJhYmxlbWVudCBoZXVyZXV4LiBJbCBuJiMwMzk7eSBhIHF1JiMwMzk7w6Agw4pUUkUgbMOgLCBwcsOpc2VudCDDoCBjZSBxdWkgZXN0LkFwcHJlbmRyZSDDoCAmcXVvdDtzb3J0aXIgbGVzIG9yZHVyZXMgZGUgbm9zIHTDqnRlcyZxdW90OyBldCDDoCDDqnRyZSBwbGVpbmVtZW50IHByw6lzZW50cywgYyYjMDM5O2VzdCBjZSBxdWUgbGEgI01pbmRmdWxuZXNzIG91IG3DqWRpdGF0aW9uIGRlIHBsZWluZSBjb25zY2llbmNlIHNlIHByb3Bvc2UgZGUgbm91cyBhcHByZW5kcmUuIDstKUV0IHZvdXMsIGF2ZXotdm91cyBldSBkZXMgcHJpc2VzIGRlIGNvbnNjaWVuY2UgcXVpIG9udCBjaGFuZ8OpIHZvdHJlIHZpZT8qKioqKioqKioqKioqKioqKioqKioqKioqKioqKipodHRwczovL3d3dy5mYWNlYm9vay5jb20vTU1pbmRmdWxuZXNzLmZyL1ZvaWNpIGxlIGxpZW4gdmVycyBsZSBmaWxtIGNvbXBsZXQ6aHR0cHM6Ly95b3V0dS5iZS9GZUJJa3FvZTg3azwvcD5Qb3N0w6kgcGFyIDxhIGhyZWY9Imh0dHBzOi8vd3d3LmZhY2Vib29rLmNvbS9NTWluZGZ1bG5lc3MuZnIvIj5NaW5kZnVsbmVzczwvYT4gc3VyIG1hcmRpIDEyIGphbnZpZXIgMjAxNjwvYmxvY2txdW90ZT48L2Rpdj48L2Rpdj4=[/video_player]

Suivez-moi

Monsieur Mindfulness

Jean-Marc Terrel anime des conférences, ateliers, stages, programmes MBSR et retraites de méditation pleine conscience en France et à l'étranger. C'est l'un des principaux acteurs de la discipline en France et dans la francophonie avec plus de 135.000 abonné•e•s (en décembre 2017) sur les réseaux sociaux. Coach professionnel certifié, psychopraticien en gestion du stress, formateur en PNL et instructeur MBSR en cours de certification, il mêle savoir-être et savoir faire avec douceur et bienveillance afin de créer un cadre propice au changement et à la connaissance de soi, dans le
respect des croyances de chacun.
Suivez-moi

    6 replies to "Définition Mindfulness : euh… c’est quoi exactement ? (Partie 2/4)"

Leave a Reply